Livres cycle 2

Tous les enfants ont des droits

tous_les_droits_des_enfants

de Bruno Muscat, Bayard jeunesse, 09/2004

Aujourd’hui encore, de nombreux enfants sont privés d’école et de soins médicaux, subissent des mauvais traitements ou ne sont tout simplement pas écoutés et respectés. Cela arrive à l’autre bout du monde, mais aussi parfois tout à côté de nous. Pourtant, comme les adultes, les enfants ont des droits Et il existe un texte qui les protège la Convention des droits de l’enfant. Ce petit guide te la présente. Tu pourras t’informer de tes droits, savoir comment ils sont appliqués et à qui t’adresser en cas de problème.

Collectif, Tous les enfants du monde ont les mêmes droits !

tous_les_enfants_du_monde

Traduction de l’anglais par Sabine WYCKAERT-FETICK, en association avec l’UNICEF, Gallimard Jeunesse, Octobre 2003, à partir de 8 ans.

Comment survivre lorsqu’on ne mange pas à sa faim ?

comment apprendre et jouer, quand il n’y a pas d’école ?

Comment se sentir en sécurité lorsqu’il y a la guerre ?

Comment participer quand on ne vous donne pas la parole ?

Cet album nous fait découvrir, à travers le témoignages d’enfants du monde entier, l’immense aspiration de tous les enfants à vivre dans le respect de leurs droits.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-JEUNESSE/Albums-documentaires/Des-enfants-comme-moi/Tous-les-enfants-du-monde-ont-les-memes-droits

Droits de l’enfant, droit devant !

droit_enfant_droit_devant

de Gérard DHOTEL, Louise HEUGEL, Dès 9 ans, Actes Sud Junior, Un livre en partenariat avec l’UNICEF.

Actes Sud Junior s’engage à reverser 1% des ventes du livre à l’UNICEF.

20 NOVEMBRE : JOURNEE MONDIALE DE L’ENFANCE.

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), texte fondateur, a été adoptée le 20 novembre 1989 par l’Assemblée générale des Nations unies. Ses 54 articles proclament clairement que l’enfant est une personne qui a droit au respect, à l’écoute et à l’attention.
Le texte énonce des droits fondamentaux : alimentation, santé, éducation, protection, liberté d’expression… Les pays qui ont ratifié la Convention se sont engagés à l’appliquer et à la faire respecter sur leur territoire.
Il y a 25 ans, la plupart des pays du monde ont accompli un geste historique, en s’engageant à mieux respecter les enfants et à améliorer leurs conditions de vie. En reconnaissant que ceux-ci avaient des droits spécifiques en raison de leur vulnérabilité, la communauté internationale a voulu mettre un terme à une période de plusieurs siècles durant laquelle leurs besoins étaient insuffisamment pris en compte.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Les promesses ont-elles été tenues ? Les enfants sont-ils mieux protégés ?
Une chose est sûre : la CIDE a permis une prise de conscience et un changement de regard sur les enfants.
Et de nombreuses avancées ont eu lieu : vous allez le constater en lisant les pages de ce livre.
Mais le chemin à parcourir est encore long. Des droits sont bafoués de façon inacceptable. En France et dans le monde, nombre d’enfants sont toujours confrontés à la misère, à la guerre, à la maladie, à la malnutrition, à la maltraitance ou sont exploités au travail.

L’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), avec d’autres organisations internationales et associations, travaille sans relâche pour améliorer la vie des enfants et faire respecter leurs droits, dans de nombreux pays, sans oublier la France. C’est avec l’UNICEF et en bénéficiant de son expérience que nous avons conçu et écrit ce livre qui a pour vocation d’établir un bilan sans concession du respect des droits de l’enfant dans le monde.

http://www.actes-sud-junior.fr/9782330024314-l-gerard-dhotel-louise-heugel-droits-de-l-enfant-droit-devant.htm

Collectif, L’agenda des droits de l’enfant – Max et Lili

agenda-des-droits-de-l-enfant-max-et-lili

Calligram, 11/2010

Avoir le droit de manger à sa faim, de s’amuser, de jouer, d’apprendre, tout cela semble si naturel pour les enfants des pays riches…
Et pourtant ! Les enfants n’ont pas toujours eu des droits ! Il en a fallu du temps dans certains pays pour déclarer les hommes libres et égaux à leur naissance, affranchir l’enfant du travail, rendre l’école obligatoire…
Adoptée le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant reconnaît que les enfants, comme les adultes, ont des droits, partout dans le monde.
Il reste encore beaucoup à faire ! Et chacun peut, même par de tout petits gestes participer à ce grand défi !

 

La convention internationale des droits de l’enfant pour les 6-10 ans

Ministère des Affaires Sociales de la Santé et de la Ville Paris (Comité Français d’Education à la Santé), 1993, 32 p.

Moi aussi j’ai le droit

moi_aussi

de Heidi Gremm, Olivier Marboeuf, Don Quichotte éditions 2009

Un album mêlant contes illustrés et pages documentaires pour sensibiliser les enfants à leurs droits fondamentaux.

En Inde, le géant Samvridh est contraint de quitter l’école pour aider aux champs ses parents pauvres. Au Congo, Dorothée et Jérémie sont enrôlés par des soldats qu’ils prennent pour des anges. Noï, parti mendier dans la capitale laotienne, est poursuivi par un mauvais génie. Asha l’indienne est placée comme domestique chez des ogres tandis qu’Eve-Line se transforme en aqueduc pour alimenter en eau son village dominicain. Au Sénégal, Jan est métamorphosé en âne lorsque des militaires le chassent de son village. Chaque soir, José regarde le ciel et rêve de devenir pilote d’avion. Quant à Nuray, la petite Kurde muette, elle retrouve soudain la parole sur les bancs de son école… Pour célébrer les 20 ans de la Convention des droits de l’enfant, Aide et Action te présente huit contes, illustrant huit droits, choisis parmi les plus représentatifs de la Convention.

J’ai droit à mon enfance!

j_adroienfance

de Dominique Dimey, Éditions Auvidis Jeunesse 1999-2001

Depuis plus de dix ans, Dominique Dimey chante et réalise des spectacles pour les tout-petits. Le présent album, édité sous forme de livre-CD, est un pas de plus pour la défense du droit des enfants. Il complète le premier volume en abordant leurs droits en France et en leur faisant découvrir la Convention internationale des droits de l’Enfant. Le livret, véritable histoire illustrée, aborde les thèmes difficiles et montre qu’avoir conscience de ses droits est un premier pas vers un monde plus juste. La volonté de Dominique Dimey est d’aider les enfants à devenir citoyens du monde en leur faisant découvrir la richesse des musiques de différents pays. Un livre-CD réalisé avec le soutien du Défenseur des Enfants, institution créée par le Parlement français en mars 2000.

J’ai le droit d’être un enfant

j_ai_droit_etre_enfant

de Alain Serres, Aurélia Fronty, Éditions Rue du monde 2009

J’ai le droit d’être un enfant. Tous les enfants du monde ont des droits et ils ont même le droit de le savoir, de le dire et d’en parler…

J’ai peur du monsieur

j_ai_peur_du_monsieur

de Virginie Dumont, Éditions Actes Sud Junior, 2007

Maintenant qu’elle a huit ans, Sophie peut rentrer seule de l’école. Elle est fière d’être comme les plus grands. Mais, un jour, elle croise sur sa route un monsieur qui lui montre son  » zizi « . À partir de ce moment-là, Sophie a peur, sa vie n’est plus la même. À la maison, tout le monde a compris que c’est grave, qu’il est nécessaire d’en parler.

La frontière de sable

cvt_La-frontiere-de-sable_3984

De Claude Clément, Syros Jeunesse/La découverte, 2003

Fredo, douze ans, passe ses vacances chez son oncle et sa tante près de Marseille. Il retrouve sa cousine Laurette, huit ans, mais il ne la reconnaît pas, l’enfant espiègle est devenue une petite fille sombre et renfermée, par exemple, quand il lui propose de jouer avec elle, elle lui montre une grotte sur la plage et trace une « frontière de sable » qui matérialise pour elle l’entrée en enfer. D’abord agacé, Fredo finira par comprendre ce qui tourmente sa cousine lorsqu’il surprendra son oncle Manu, son modèle, sa référence, qui tente d’abuser d’elle. Claude Clément maîtrise parfaitement son sujet, l’évolution intérieure du narrateur, Fredo, est particulièrement bien vue, on le voit douter, être agacé, puis être rongé par un sentiment de culpabilité, comme les autres membres de l’entourage qui « n’avaient rien vu ». Avec beaucoup de tact, sans voyeurisme aucun, Claude Clément est attentive à tous les petits détails lourds de sens, elle signe là un roman fort et très crédible sur un sujet grave.

Powered by WordPress